Les freelances sont des abeilles

Le Billet du Futur #2

AprĂšs cette premiĂšre Ă©dition d’avant-propos sur notre conception du travail, nous entrons dans le vif du sujet avec ce billet sur les freelances. 

Merci pour vos retours supers encourageants et bonne lecture!
Samuel

Le parrain du futur

Ce Billet du Futur est parrainé par Freebe, l'outil de gestion intelligent dédié aux freelances et piloté par un assistant personnel. Il permet d'automatiser la gestion de votre activité de freelance pour que vous puissiez vous concentrer sur votre job. Vous pouvez le tester gratuitement pendant 2 mois avec le code GOINGFREELANCE19.

DĂ©couvrir Freebe

Les freelances sont des abeilles.

DrĂŽle d’idĂ©e que de comparer les freelances Ă  ces hymĂ©noptĂšres me direz-vous ! Les freelances n’en sont pas moins des pollinisateurs et c’est tant mieux ! Il s’agit mĂȘme de leur plus grande force, pourtant ce n’est jamais la raison pour laquelle les entreprises font appel Ă  eux.

Pourquoi travailler avec les freelances ?

Les entreprises ont de nombreuses raisons de collaborer avec les freelances. Tout d’abord il y a un enjeu de gestion des ressources. En corrĂ©lant le recours aux freelances aux fluctuations de leurs activitĂ©s, ces derniĂšres optimisent leur main d’oeuvre et se flexibilisent. IDEO, la firme de design californienne dispose ainsi de 20% de ses effectifs en freelances pour 80% de travailleurs permanents. DĂšs que les projets sont suffisamment nombreux, l’entreprise peut alors augmenter les collaborations avec les freelances. Et Ă  l’inverse elle sollicite moins son pool de talents lorsque l’activitĂ© stagne.

Rien de futuriste lĂ -dedans, simplement une bonne gestion des ressources de l’entreprise. Ce qui est dĂ©jĂ  loin d’ĂȘtre la norme.

Le deuxiĂšme avantage dans la collaboration avec les freelances est de pouvoir faire ponctuellement appel aux talents auxquels l’entreprise ne peut pas prĂ©tendre en permanence.

Soit parce que le marchĂ© est en situation de pĂ©nurie pour une compĂ©tence prĂ©cise et toutes les entreprises se livrent une guerre pour attirer les meilleurs. Alors qu’auparavant cette bataille n’était cantonnĂ©e qu’aux grandes organisations dont le nombre Ă©tait restreint, aujourd’hui les start-ups ont de vrais arguments pour attirer les top talents et renforcent la concurrence entre les services de “Talent Acquisition”. 

Soit, l’entreprise n’a besoin des compĂ©tences pointues d’un expert que le temps d’un projet prĂ©cis et ne serait pas en mesure de le salarier toute l’annĂ©e. Dans ce cas le recours aux freelances est une vĂ©ritable solution. 

Au-delĂ  de la flexibilitĂ© et des compĂ©tences pointues, les freelances peuvent apporter bien plus, se rĂ©vĂ©lant ĂȘtre des pollinisateurs. C’est malheureusement sur ce point qu’encore trop peu d’entreprises ont saisi l’importance des indĂ©pendants.

Les freelances, ces abeilles 🐝

Le freelance n’évolue pas dans un cadre fixe, il est sans cesse confrontĂ© Ă  de nouveaux environnements auxquels il doit s’adapter. Ses clients, ses missions et son champ de compĂ©tences Ă©voluent tout le temps, bien plus vite que pour un salariĂ©.

Pour une mission donnée, le freelance ne maßtrise jamais 100% de ce qui lui est demandé, il doit se former en continu.

Fonctionnant par nature en mode projet, travaillant bien volontiers à distance, il expérimente sans cesse de nouvelles façons de travailler, découvre de nouveaux outils et petit à petit devient une mine de ressources.

A chaque mission le freelance peut apporter Ă  l’entreprise cliente bien plus que ce pour quoi il a Ă©tĂ© sollicitĂ© au dĂ©part. Il peut polliniser les bonnes pratiques qu’il a dĂ©couvertes dans ses expĂ©riences prĂ©cĂ©dentes. Cela peut ĂȘtre des compĂ©tences techniques, de la formation Ă  l’utilisation d’un nouvel outil ou bien accompagner la mise en place du tĂ©lĂ©travail. S’il est bien organisĂ©, son passage en entreprise s’accompagne d’un flot d’externalitĂ©s positives.

Rien de tout cela n’est formellement Ă©crit dans le devis ou la lettre de mission mais au fur et Ă  mesure des interactions, le partage de connaissances se fait et la transmission de bonnes pratiques peut ĂȘtre un vĂ©ritable vecteur de changement et d’innovation pour l’entreprise cliente. 

De plus, en arrivant avec un regard extĂ©rieur et neuf, le freelance est plus Ă  mĂȘme de prendre du recul et d’identifier les points de friction et parfois des clĂ©s pour y rĂ©pondre s’il a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© confrontĂ© Ă  des problĂ©matiques similaires dans ses expĂ©riences prĂ©cĂ©dentes.

Il faut considĂ©rer le freelance comme un expert qui apporte une solution Ă  l’entreprise pour un problĂšme donnĂ©. S’il est bien accueilli, intĂ©grĂ© et se sent Ă  l’aise il pourra aller bien plus loin en partageant son expĂ©rience et ses bonnes pratiques.

Et concrÚtement, comment ça se passe ?

Cet Ă©tĂ© j’ai rencontrĂ© Jean qui travaille chez FlexJob, il me racontait sa propre expĂ©rience avec les freelances. Un des dĂ©veloppeurs avec lesquels ils travaillaient depuis un moment (en remote) est venu passer une journĂ©e dans leurs locaux. Ce jour-lĂ  une des salariĂ©es rĂ©digeait une offre de recrutement et en quelques minutes le freelance a pu lui faire des feedbacks sur son annonce pour la rendre plus attrayante pour le regard d’un candidat. 

De la mĂȘme façon les freelances peuvent apporter des rĂ©flexions sur l’organisation du travail. Lors de mon passage aux Etats-Unis, j’ai rencontrĂ© une grande entreprise dans le domaine mĂ©dical. Elle avait fait appel Ă  quatre freelances en UX design pour un projet de trois mois. La mission s’était tellement bien passĂ©e qu’à l’issue de cette collaboration, l’entreprise a sollicitĂ© les freelances pour une journĂ©e de formation des employĂ©s Ă  leurs mĂ©thodes de travail.

Et la rĂ©flexion peut mĂȘme ĂȘtre consciente cĂŽtĂ© freelance ! Ryan, dĂ©veloppeur mobile en freelance Ă  New York me confiait qu’il apportait dĂ©libĂ©rĂ©ment plus de valeur Ă  son client que ce qui lui Ă©tait demandĂ© afin de se dĂ©marquer et de laisser un excellent souvenir de son passage. AprĂšs plusieurs semaines de dĂ©veloppement d’applications mobiles, il apportait Ă  ses donneurs d’ordres son avis sur la stratĂ©gie de l’entreprise. Un point de vue prĂ©cieux aprĂšs avoir dĂ©veloppĂ© des apps pour des dizaines de start-up.

Les bonnes pratiques à retenir pour favoriser cette pollinisation 🍯

  • Invitez les freelances Ă  venir travailler de temps en temps dans vos locaux pour cĂŽtoyer les salariĂ©s.

  • Invitez les freelances Ă  participer aux dĂ©jeuners d’équipe, aux confĂ©rences internes et autres temps forts de l’entreprise.

  • Soyez curieux ! Posez-leur des questions sur leurs expĂ©riences passĂ©es, les missions qu’ils ont prĂ©fĂ©rĂ©es, leur organisation 


Il n’y a pas de secret : soyez humain et intĂ©ressez-vous sincĂšrement aux freelances, vous avez tout Ă  y gagner ! Mettez-vous Ă  leur place et essayez d’imaginer la façon dont ils aimeraient ĂȘtre traitĂ©s, ce qu’ils attendent de cette mission. Et n’hĂ©sitez pas Ă  le leur demander.

La meilleure des bonnes pratiques c’est de faire preuve de bon sens ! 

Pour aller plus loin

Et voilĂ  ! C’est tout pour aujourd’hui. Et maintenant je compte sur vous, le futur du travail ça ne se construit pas tout seul ! đŸ€·â€â™‚ïž

  1. Dites moi ce que vous en avez pensĂ© et Ă©crivez-moi si vous connaissez des initiatives gĂ©niales, qui mĂ©riteraient d’ĂȘtre mises en avant. Dans le prochain billet nous parlerons des collectifs.

  2. Engagez-vous en faisant connaĂźtre le Billet du Futur : transfĂ©rez-le Ă  3 amis et partagez sur LinkedIn et sur Twitter. đŸ“©

Share Billet du futur

Loading more posts