Le futur de l’éducation est dans les projets

Billet du futur #9

Aujourd’hui c’est un billet qui me tient particulièrement à cœur. Il y a tout juste un an, nous nous envolions avec TK pour San Francisco, la première destination de notre aventure Going Freelance.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts : le projet a vécu, a mûri, a pris fin et s’est réinventé. De mon côté la réflexion entamée ne s’est jamais arrêtée et je commence seulement à mesurer les apprentissages cumulés sur l’année passée.

Je suis aussi très fier de notre parrain du futur. Après Freebe et Comet, ce mois-ci notre parrain est une autre des entreprises que j’admire beaucoup dans l’écosystème freelance et dont je suis client depuis le tout début. Je vous laisse la découvrir juste en dessous.

Bonne lecture,
Samuel

Le parrain du futur

Ce Billet du Futur est parrainé par Shine, le compte pro pensé pour les entrepreneurs et indépendants. Calcul des cotisations, gestion des factures, comptabilité… Shine est à la fois un compte pro et un copilote administratif, qui accompagne les freelances de la création de leur entreprise à la gestion quotidienne.

Profitez de 2 mois gratuits.

Le campus de Google lors de notre première étape en Californie.

L’ère des projets

Il y a quelques jours, Valentin Decker a publié un excellent article de référence dans lequel il décortique l'avènement d’une nouvelle ère : l’ère des projets. Son article m’a beaucoup plu, d’abord parce que je me reconnais pleinement dans le type de projets qu’il expose et dans l’environnement ambiant, notamment sur LinkedIn, de lancement d’un side project.

En fin d’année 2019, Li Jin a publié un article qui m’avait marqué : La Passion Economy, sur le blog a16z. Et tout début janvier, c’est Adam Davidson qui a publié son livre éponyme ! Les planètes sont en train de s’aligner.

Pour Valentin, “Les projets sont les nouveaux diplômes de notre économie numérique et mondialisée.” Je partage complètement sa thèse ! 

Le progrès technique nous a mis entre les mains toute une batterie d’outils qui permettent de lancer une activité très simplement depuis chez soi, sans investissement de départ et avec un potentiel de développement exponentiel grâce aux effets de réseaux.

Le meilleur exemple est sous vos yeux : cette newsletter est un de mes sides-projects. En quelques semaines vous avez été des centaines à vous abonner, me permettant, sans investissement de départ de dégager chaque mois un petit revenu et d’envisager de belles perspectives pour la suite. Substack, au même titre que Podia, YouTube, Amazon et finalement l’ensemble des réseaux sociaux, ont ouvert le champ des possibles, brouillant la frontière entre l’amateur et le professionnel.

Il y a quelques jours, notre coordinatrice de promo nous a demandé de lui envoyer notre CV afin de le transmettre aux entreprises partenaires en vue d’être recruté. N’ayant pas de CV ni l’envie d’être recruté j’ai doucement ri. S’ils veulent savoir qui je suis il vaut bien mieux qu’ils aillent jeter un œil à mon profil LinkedIn ou mon site et parcourir les différents projets que j’ai lancés.

Intégrer les projets dans le cursus scolaire

Je m’estime chanceux d’avoir eu la liberté de lancer différents projets au cours de mes années d’études en école de commerce, c’est de loin dans ce cadre-là que j’ai le plus progressé.

Encourager les étudiants à réaliser leurs propres projets d’exploration serait une excellente façon de répondre au besoin de “trouver du sens” régulièrement exprimé et une ouverture pour sortir du traditionnel double stage de césure. C’est également un accord gagnant-gagnant-gagnant. Prenons l’exemple de Going Freelance.

D’une part les étudiants ont carte blanche pour explorer un domaine qui les passionne et monter en compétence dans des domaines très variés (lever des fonds, recherche, softskills, rédaction, langues étrangères …). D’autre part les entreprises partenaires bénéficient de toutes les meilleures pratiques découvertes sur le terrain comme si elles avaient organisé une learning expedition géante sur plusieurs mois et disposent d’un moyen de communication différencié. Enfin l’école bénéficie également du rayonnement du projet et renforce son rôle d’accompagnement dans le passage de la vie étudiante au monde professionnel.

Plusieurs projets de ce type existent déjà et les initiatives sont formidables chacune dans leur domaine. W Project, Rocket Bike, Premier Pas … Pour autant, cela reste un fonctionnement très minoritaire et le parcours classique se cantonne au double stage de césure en entreprise. (Pour à peine grossir les traits : en costume à la Défense.) 👔

L’école, qui est déjà le lieu de rencontre entre entreprises et étudiants ou jeunes diplômés, pourrait encore développer son rôle d’intermédiaire en mettant en relation les porteurs de projets avec les organisations qui souhaitent s’engager à leurs côtés, et elles sont nombreuses ! Mieux encore, l’école pourrait communiquer sur la possibilité de mettre en œuvre de tels projets lors de l’année de césure et les accompagner dans la réalisation de ceux-ci. Pourquoi ne pas créer en marge de l’annuel Forum d’Entreprise dédié aux stages et alternances, un moment d’échange où les étudiants volontaires pourraient présenter devant un panel d’entreprises leurs initiatives, elles n’auraient plus qu’à sélectionner celles dans lesquelles elles souhaitent s’impliquer. 🏫

De tels projets d’exploration ne conviennent pas à tous, mais certains étudiants renoncent à leurs envies et se résignent à postuler à des offres de stage par défaut. Plusieurs m’ont contacté pour me demander comment faire, dire qu’ils auraient aimé s’engager dans un projet mais que le manque d’information et l’injonction collective à effectuer des stages durant leur année de césure les en a vite découragés.

Si le format s’applique assez bien au cursus en école de commerce il ne leur est pas réservé et pourrait être développé dans d’autres formations, l’intérêt étant de donner aux étudiants d’autres modes d’apprentissages, de leur ouvrir d’autres portes et de les encourager à vivre une expérience entrepreneuriale. 

S’inspirer des initiatives existantes

Pour ma part, quand je préparais le projet Going Freelance, j’ai bénéficié des très bons conseils d’Hugo Chatel, un des baroudeurs de la seconde édition du projet Les baroudeurs de l’innovation managériale.

Depuis 4 ans maintenant, un binôme d’étudiants part explorer plus d’une dizaine de pays à la recherche des meilleures innovations managériales. L’an dernier, Matthieu et Cassandre avaient notamment mis le paquet lors de leur étape en Californie en rendant visite à Google, Netflix et Apple. 

De mon côté j’ai fait le choix de ne pas passer le flambeau de l’association Going Freelance pour me concentrer sur les restitutions et le développement de l’activité. En revanche si vous avez un projet similaire, je serais super content de vous partager mon retour d’expérience. Les processus sont les mêmes, peu importe la thématique : smart city, RSE, blockchain ...

J’ai hâte de découvrir ce que vous mijotez !

Aiguisez votre regard sur le sujet 👀

  • Lisez le super article de Valentin : L’ère des projets 

  • Découvrez la Passion Economy avec l’article de Li Jin

  • La tribune de Yéza Lucas : “Et si on formait enfin les étudiants au freelancing”. C’est un vrai sujet ! J’en parlais avec mon directeur d’école Jean-François Fiorina qui a à coeur de construire l’école du futur, c’est exactement le type d’initiatives qu’il faut mettre en place.

  • Thomas Burbidge a pris les devants pour lancer une vraie école : l’ESEC Digitale. Il n'y aura aucun projet fictif, seulement du concret. Dès la seconde année les élèves deviennent freelance, et sont accompagnés pour travailler avec des vrais clients, sur des vrais missions, pour une vraie rémunération. Pendant leurs études, ils développent un portefeuille client, un portfolio de projets qui montre leur valeur sur le terrain, et en plus ils peuvent rembourser leurs études grâce à leur chiffre d'affaire.

News 🔥

Et oui ! Une nouvelle catégorie fait désormais son apparition. Je profite de ce rendez-vous hebdomadaire pour vous partager mes derniers articles, les collaborations et les prochains événements à venir.

  • [Article] La semaine dernière je suis retourné chez Shine pour faire le bilan du jour du freelancing lancé l’an dernier. J’avais adoré l’initiative et j’ai encore mieux aimé les projets qui en sont nés.

  • [Evénement] Salon des Entrepreneurs de Paris : J’y étais l’an dernier pour participer à la table ronde sur les freelances et indépendants. Cette année je serai présent le jeudi 6. Si vous y êtes, c’est peut-être la bonne occasion pour se rencontrer. 😉

  • [Documentaire] Je me lance dans la création d’un documentaire, je vous en reparlerai très prochainement. Pour l’instant je suis en phase d’écriture et de rencontre de différents réalisateurs. Un court teaser pour vous donner une idée de la thématique 🎥


Et voilà ! C’est tout pour aujourd’hui. Et maintenant je compte sur vous, le futur du travail ça ne se construit pas tout seul ! 🤷‍♂️

  1. Dîtes moi ce que vous en avez pensé et écrivez-moi si vous connaissez des initiatives géniales, qui mériteraient d’être mises en avant.

  2. Aidez-moi à faire connaître le Billet du Futur : transférez-le à vos 3 amis et partagez sur LinkedIn et sur Twitter. 📩

    Share

  3. Si c’est un ami ou un sympathique collègue qui vous a transféré cet email, vous pouvez vous inscrire juste ici 😉