Un documentaire pour explorer le Future of Work

Billet du futur #24

Hey, vous en avez marre des créateurs qui commencent par “aujourd’hui c’est une vidéo/newsletter/… un petit peu particulière” ? Moi aussi, pourtant je n’ai pas résisté à l’envie de démarrer de cette façon pour vous présenter le lancement de mon projet le plus important jusqu’ici. C’est précisément parce que l’édition d’aujourd’hui est particulière qu’elle a mis quelques jours de plus à arriver jusqu’à votre boite mail.

Je suis très heureux de vous annoncer que je me lance dès aujourd’hui dans la création d’un documentaire. Pour être tout à fait honnête c’est un projet sur lequel je travaille déjà depuis décembre dernier et qui a pris de l’importance au fil des semaines pour occuper presque 100% de mon temps. Nous entrons désormais dans la phase de tournage et si tout se passe bien dans ce climat incertain où nous naviguons à vue, il sera sur vos écrans à partir de l’hiver prochain.

Allez, je vous dis tout !
Bonne lecture,
Sam

Un documentaire ?

Il y a deux ans, j’ai commencé à découvrir la thématique du Future of Work au moment où je préparais la learning expedition Going Freelance : 6 mois autour du monde pour faire une centaine de rencontres. Le but était d’en apprendre plus sur les meilleures pratiques de collaborations entre entreprises et freelances mais très vite le sujet s’est élargi et j’ai appris énormément sur le télétravail, les communautés, les tiers-lieux …

Gitlab, Dropbox, Google, Automattic, Scotiabank, Ideo, Officience et beaucoup d’autres sociétés plus confidentielles nous ont ouvert leurs portes à TK et moi. (nous étions deux!)

A mon retour j’ai continué à creuser ces concepts, nous avions fait 101 rencontres mais nous aurions pu en faire des centaines d’autres si nous n’avions pas dû rentrer pour terminer notre cursus scolaire, tant les bonnes initiatives sur le sujet sont nombreuses. Rapidement, je me suis pris de passion pour la thématique et j’ai été sollicité pour intervenir en entreprise pour diffuser ces apprentissages : conférences, conseils, écriture … toutes ces missions ont rythmé ma dernière année d’étude.

Une frustration subsistait : le format du rapport d’étude qui condense mes apprentissages était la meilleure façon de restituer la densité de ces six mois de rencontres mais il n’est destiné qu’à quelques “barbares” prêts à se lancer dans la lecture de 250 pages sur les transformations du travail. Dès le moment où j’ai publié ce rapport, j’ai eu l’envie de créer un format beaucoup plus ludique et dans le même temps mes réflexions se sont étoffées.

Il y a quelques mois j’ai défini pour Maddyness le Future of Work comme :

“[...] les bonnes pratiques, les méthodes, le quotidien et les tendances d’une minorité d’individus qui sont “en avance sur leur temps” et que nous considérons comme “dans le futur”. Le Future Of Work est déjà une réalité pour certaines personnes et nous parlerons de leur travail au futur jusqu’à ce que celui-ci soit généralisé à une majorité d’individu.”

En parallèle à cette thématique de la transformation du travail, je me suis toujours fortement interrogé sur le sens de ce dernier, une réflexion que l’on porte tout au long de notre vie. Bien souvent, on la réduit à des aspirations de liberté de la part de la plus jeune génération, en réalité il s’agit d’une réflexion collective qui concerne tous les travailleurs quel que soit leur âge. Nous sommes au beau milieu d’un changement de paradigme, c’est la société toute entière qui évolue. Et la crise du Covid ne fait qu’accélérer ces bouleversements !

Si le scénario a été écrit avant le début de l’épidémie, la thèse du documentaire devient plus actuelle que jamais : nous avons tous été projetés plus ou moins violemment dans ce Future of Work et le confinement a été un temps propice à la réflexion sur le sens de son travail.
J’ai dernièrement écrit un billet sur ce sujet : à la maison le roi est nu ! (Si, si, le titre a un rapport, vous allez comprendre.)

Ce documentaire vise à témoigner des différentes options qui s’offrent aux individus qui refusent une carrière linéaire. Le but est de montrer les différentes façons de donner du sens à son travail au sein de la thématique du Future of Work : salariat, freelancing, communautés, passion economy, nomadisme … Et ce n’est qu’un parti pris ! Il existe autant de façons de donner du sens à son travail qu’il existe d’individus, la définition même du travail s’élargit !

Il s’agit de redorer le blason du travail : pour une proportion croissante d’individus il est bien plus qu’un gagne-pain ou une simple activité, c’est une façon de se réaliser et l’image que l’on s’en fait ne doit pas à être si négative. 

Le salariat ne se résume pas à une pile de hiérarchies, des silos et une culture du présentéisme, caractéristiques de l’économie de masse du siècle passé. Le travail lui-même ne se résume plus à l’emploi et offre une variété d’alternatives permettant à la fois de gagner sa vie et de s’épanouir.

Pour témoigner de ces transformations du travail, je pars interroger celles et ceux qui les vivent au quotidien. Une dizaine d’intervenants prendront la parole pour partager leur vision du Future of Work et la façon dont ils l’expérimentent chaque jour.

Ces personnes seront dévoilées au fur et à mesure des tournages dans cette newsletter, pour ne rien manquer, abonnez-vous !

Au-delà du documentaire en lui-même qui sera réalisé au cours des prochains six mois, différents formats complémentaires vont rapidement voir le jour au fil de sa création : interviews hors-séries, vidéos coulisses, tribunes …
Et puis, nous nous retrouverons à l’hiver prochain pour une série d’avant-premières en France et en Europe, précédées de table rondes. Vous serez les premiers au courant !

Ah ! Et en cours de route nous aurons aussi un séminaire Future of Work pour rassembler les partenaires de ce projet mais je m’égare, j’aurais le temps de vous en reparler dans les prochaines éditions.

Vous l’aurez compris, plus qu’un documentaire, ce sont six mois d’exploration, de tournages et de création qui nous attendent et en tant qu’abonnés du billet du futur, vous serez aux premières loges pour suivre l’aventure.

T’es devenu réalisateur du coup ?

Pas vraiment, je n’ai toujours pas tenu de caméra dans cette histoire et ce n’est pas au programme ! 

Depuis que l’idée a germé dans mon esprit, j’ai commencé à rédiger un scénario, à prendre contact avec des potentiels intervenants, certains en France et la majorité à l’étranger.
Puis au début de l’année j’ai rencontré l’équipe de KÖM qui réalise des contenus vidéos de toutes sortes : des vidéos officielles pour startups et grands groupes, des clips, des documentaires, ce sont eux qui réalisent ce projet avec moi. Le fit a été immédiat et depuis, nous avançons ensemble !

Notre premier tournage a eu lieu il y a quelques jours, un exercice complètement nouveau pour moi qui m’a tout de suite plu ! La journée a commencé avec quelques plans à Paris puis nous avons pris la voiture direction la Normandie pour réaliser la première interview du documentaire avec Laetitia Vitaud.

C’était un moment exceptionnel ! J’ai rencontré Laetitia pour la première fois il y a plus d’un an. Après avoir passé des heures à lire ses articles sur Medium, je l’avais interviewée dans le cadre de la learning expedition lors de notre passage à Londres. Depuis, nous sommes devenus amis, et je la considère comme mon mentor tellement j’apprends de chacun de nos échanges. (Et pas seulement sur le Future of Work, je vous invite à nous suivre sur les réseaux pour découvrir dans quelques jours la dernière leçon que m’a donnée Laetitia. 😉)

Pour ceux qui sont abonnés à Nouveau Départ, vous reconnaîtrez certainement dans les images, le jardin dans lequel les premières vidéos de leur média lancé avec Nicolas Colin ont été enregistrées.

Avant de démarrer cette phase opérationnelle de réalisation du documentaire, j’ai passé plusieurs mois à préparer le projet dans l’ombre et l’un des principaux sujets a été la sélection des partenaires.

Elle s’est achevée au mois de juin et je suis très fier des entreprises qui se sont engagées à mes côtés dans ce projet. Pour certaines, nous avions déjà collaboré, pour d’autres c’est la première fois, quoi qu’il en soit je ne pouvais pas rêver d’une meilleure équipe pour lancer ce documentaire. Chacune à sa façon s’engage sur ces sujets de Future of Work et en cela est pionnière. 

Si vous ne les connaissez pas encore, c’est le moment de les découvrir, elles seront à mes côtés jusqu’à la diffusion du documentaire et nous rythmerons ensemble ces quelques mois de création.

SThree
Je vous en ai déjà parlé il y a quelques semaines, Sthree est spécialisé dans la représentation de Freelances STEM (Scientifique, Technique, Engineering et Mathématique) en France depuis près de 20 ans. Ils sont présents dans le monde entier et je les avais rencontrés pour la première fois l’année dernière à Londres. J’ai fouillé dans les anciens posts Facebook pour vous retrouver la photo de notre passage dans leurs locaux au coeur de la City.

Randstad
Le groupe Randstad est l’un des leaders mondiaux du recrutement : intérim, CDD, CDI, ils sont présents sur toutes ces verticales ! Plus haut je vous parlais de mon billet d’humeur sur la quête de sens au travail, c’est pour leur blog qu’il a été écrit. Mention spéciale à Sophie qui nous a mis en relation après avoir écouté notre discussion avec Alexis sur le podcast Tribu Indé.

Le MAIF Start-Up Club
C’est un écosystème d’écosystème orchestré par la MAIF pour accélérer l'hybridation entre Grands Groupes et Startups. Concrètement, c’est une offre de services, un tiers-lieu et des experts dont le but est d’accompagner l’innovation ouverte d’entreprises engagées. Cela fait un moment que je les suivais, je m’étais déjà rendu sur place et je suis véritablement devenu fan lorsqu’ils ont lancé Comme un lundi, un cycle de 4 newsletters fictions pour imaginer comment (re)travailler ensemble.

Natixis 
Si je vous dis Natixis, vous pensez banque et vous avez raison mais vous auriez tort de ne pas aussi penser “Future of Work”. Il y a quelques mois, Natixis a mis en ligne une série de portraits inédits de ses collaborateurs pour montrer la réalité de leur quotidien avec un mot d’ordre “Much more than a job”. L’entreprise a bien compris les enjeux de recrutement et je dois vous avouer qu’ils ont bien chamboulé l’image que je me faisais d’une grande banque. 

Comet 
Comet met en relation les freelances IT avec les grands groupes. Cela fait déjà plusieurs mois que nous créons du contenu ensemble et je vous ai déjà parlé dans les précédents billets de leur programme de mentorat ou du lancement de cometFleet : les Flash Organizations devenues réalité ! Nous avons d’ailleurs écrit un article à ce sujet pour HBR France et j’étais de passage dans leurs locaux parisiens la semaine dernière pour un autre projet qui sortira à la rentrée. Des idées de ce que ça peut être ?

LittleBIG Connection
L’équipe a développé une plateforme SaaS d’achats de prestation qui permet la mise en relation entre clients grands comptes et prestataires de service dans le monde du conseil. Je les avais rencontrés dans le cadre de ma learning expedition, du côté du Vietnam ! Ils sont présents dans une dizaine de pays et j’ai retrouvé la photo de notre passage sur place ! (Oui, j’avais tenté la moustache sur cette étape asiatique.)

Vous aurez l’occasion de découvrir plus en détail l’engagement de ces 6 partenaires dans des formats hors-série à partir de la rentrée et plus intensément encore lors des différentes avant-premières à l’hiver prochain.

Maintenant que les présentations sont faites, je vous invite à suivre la page du documentaire sur les réseaux sociaux. Tous nos contenus sont disponibles à la fois en anglais et en français.

Nous sommes sur LinkedIn, Instagram, YouTube, Facebook et Medium, envoyez-nous de la force !

What’s next ? La vidéo backstage du premier tournage avec Laetitia débarque dans quelques jours sur les réseaux sociaux, si vous voulez découvrir l’équipe de réalisation, notre périple en pleine campagne Normande et ma tête pendant les tournages, il suffit de nous suivre. 

Vous l’avez remarqué, les catégories habituelles de la newsletter ont disparu, je vous avais dit que c’était une édition “un peu spéciale”. 😉 

A partir de maintenant j’alternerai entre des éditions classiques et des éditions centrées sur les intervenants du documentaire pour vous faire partager l’avancée du projet. Dans tous les cas, nous parlerons du Future of Work.

Je compte sur vous pour m’aider à partager le début de cette aventure à fond. 🙏 

Share

Merci ❤️

Sam